Sur les pistes de la Havane et de Dakar

AddToAny

Partager sur...

C’est la rencontre des deux rives de l’Atlantique. Le projet musical «Havana Paris Dakar» réunit le compositeur, bassiste et chanteur sénégalais, Alune Wade, et le pianiste cubain, Harold Lopez Nussa.

Alune Wade s’est inspiré de l’appellation du célèbre rallye automobile Paris-Alger-Dakar pour donner un titre à un album qui célèbre l’Afrique avec beaucoup de sensibilité, de finesse et de joie. Mardi soir, sur la scène de la salle Ahmed Bey de Constantine, les deux musiciens ont présenté le nouveau projet à la faveur du 14e Festival international de jazz (Dimajazz).

Le public a eu la chance de découvrir un album qui fait l’actu de la scène musicale internationale. Les deux artistes se sont croisés dans un club jazz en Allemagne, se sont donné rendez-vous à Paris et ont monté ensemble le projet musical. Alune Wade a eu l’idée de partir à la Havane pour refaire vivre d’anciens tubes africains en les faisant jouer par des musiciens cubains après arrangement. Parmi les titres retenus,  Ya rayah, de Dahmane El Harrachi. Ya rayah  est l’une des chansons qui m’a beaucoup marqué. «Au Sénégal, j’écoutais ces chansons à la radio. J’ai grandi avec.

Dans Ya rayah, il y a un côté rumba, latin. Lorsqu’on évoque la musique africaine, on oublie souvent le Maghreb, alors que cette région est une partie du continent. J’ai pris des classiques de partout sans me limiter», a expliqué Alune Wade, lors d’une rencontre avec la presse après le concert. Dans l’album, enregistré à la Havane, on retrouve également Seydou,  du Malien Salif Keita, Independance cha cha,  du Congolais Grand Kallé, Aye Africa, du Camerounais Manu Dibango, Aminata,  du Sénégalo-Gambien Labah Sosseh, Petit pays, de la Capverdienne Cesaria Evora.

Des titres produits dans les années 1960 et 1970. Sur scène, Alune Wade, qui a participé à plusieurs reprises au Dimajazz, a appelé le public «à faire la fête ensemble». Il y a dans la musique de Alune Wade et de Harold Lopez Nussa de la rumba, de la salsa, du cha cha cha et un peu de jazz. Une musique joyeuse, ensoleillée et vivante interprétée par des musiciens venus également de Madagascar, du Congo et du Brésil. Lire la suite

Source : http://www.elwatan.com

Partager sur...